Stay Hungry, Stay Foolish

Archive for December, 2011|Monthly archive page

From “The Secret Life of Salvador Dali”

In Uncategorized on December 25, 2011 at 12:40 am

VI

Still at the School of Fine Arts.

We were assigned to do an original picture in oil or a prize contest in the painting class. I made a wager that I would win the prize by painting a picture without touching my brush to the canvas. I did in fact execute it by tossing splashes of paint from a distance of a metre, and I succeeded in making a pointilliste picture so accurate in design and color that I was awarded the prize.

VII

The following year I came up for my examination in the history of art. I was anxious to be as brilliant as possible. I was wonderfully well prepared. I got up on the platform where the examining committee of three sat, and the subject of my oral thesis was drawn by lot. My luck was unvelievable: it was exactly the subject I should have preferred to treat. But suddenly an insurmountable feeling of indolence came over me, and almost without hesitation, to the stupefaction of my examiners and the people who filled the hall, I got up and declared in so many words,  “ I am very sorry, but I am infinitely more intelligent than these three professors, and I therefore refuse to be examined by them. I know this subject much too well.” As a result of this I was brought before the disciplinary council and expelled from the school. This was the end of my scholastic career.

Hag Sameah

In Uncategorized on December 25, 2011 at 12:37 am

The story goes like this:  when the powerful Assyrian army invaded the Near East, the town of Bethulia was besieged by Nabuchodonosor’s top general, Holofernes, who was notorious for his cruelty in suppressing rebellions.

If Bethulia fell, the whole country would come under Assyrian control. Discouraged, the city’s elders agreed to surrender if they were not rescued within a few days. All seems lost until the city’s desperate leaders were approached by Judith, a particularly pious young widow, who says she has a secret plan to defeat the enemy and save the city. They dismissed her offer as foolish and prepared to surrender to Holofernes. Judith tries once more to convince the elders that she can save them, and this time they reluctantly agree to allow her to leave the camp for one day.

So, Judith prepared herself for her bold scheme. She dressed with her finest clothes and prepared a sack containing food and wine. She approached the enemy camp where she was immediately captured and brought to Holofernes. He wsa directly impressed with her beauty and her prediction that he will capture Bethulia. “There is not such a woman from one end of the earth to the other, either for beauty of face or wisdom of speech!” he exclaims (Judith 11:21). Holofernes on the fourth day invited Judith to his tent, so they can celebrate together. He “was ravished with her and he was moved with great desire to possess her” (Judith 12:16).

Once in Holofernes’ tent, Judith feeds him the salty cheese she has brought with her.Holofernes becomes quite thirsty and drinks large quantities of wine until he passes out, drunk. Then Judith cuts off his head with his sword, covers the body with a blanket, puts the head in a sack, and carries the head back to the camp of Bethulia where she tells her adventure.

The elders who could not believe that Judith has returned safely, placed Holofernes’ head on the walls of the city. Meanwhile, the enemy soldiers awake and discover the decapitated body of their leader. In the distance, they see Holofernes’ head hanging from the walls of Bethulia. With the Assyrian army thrown into confusion, she urged the Israelites to launch a surprise attack from which they emerged victorious.

It’s worth noting that Judith achieved her goal by taking advantage of her feminine allure and playing on a man’s weakness. Judith’s faith and courage changed the course of history and I believe young Jewish women should carry on her legacy and dare to act, to speak, to teach, and to write themselves into the record of Jewish history.
 

La mort du hipster

In Uncategorized on December 21, 2011 at 1:44 am

“Pour ma part, bien qu’amoureux des gâteaux en tous genres, j’éprouve un dégoût particulier face aux cupcakes. Ils me rappellent la surenchère des« hipsters », leur capacité à attirer l’attention par une originalité de façade, leur essence conventionnelle et insipide. Mais qui sont-ils donc 

Les définir précisément n’est pas aisé, d’autant que les hipsters parisiens sont sans doute différents du modèle original new yorkais. Sociologiquement en tout cas, car en matière de look et d’attitude, c’est blanc bonnet et bonnet blanc :

  • look faussement négligé,
  • coupe de cheveux déstructurée,
  • port du poil pour la version masculine (barbe, moustache et autres),
  • et savant mix vestimentaire entre cheap et luxe (Marc Jacobs est son idole)

Il travaille dans la publicité, la mode, la production, est souvent graphiste ou artiste (il a tendance à confondre les deux), peut-être aussi tout à la fois, ou tenter de en étant prêt à tout pour. Il lit Wad, Vice, Les Inrocks, Wallpaper, s’est emparé du modèle du fanzine pour le vider de sa capacité transgressive, a « Moins que zéro » de Bret Easton Ellispour bible, et Sofia Coppola pour réalisatrice favorite (dont je ne peux m’empêcher de penser que l’orgie de cupcakes dans « Marie-Antoinette » est tout sauf un hasard). Achevons le portrait par son attitude si caractéristique : il pose, et arbore un air blasé dans des lieux « cools », qu’il aime à coloniser avec ses semblables, pour les vider de leur authenticité, et finir par les abandonner pour ce qu’il en a fait. Le malheur est qu’il a du flair et du goût.

Le hipster vampirise ainsi les quartiers populaires, et achève l’œuvre de gentrification entamée par les bobos qui l’ont précédé. […] La principale nuisance du hipster réside ainsi dans sa capacité d’appropriation, et d’expropriation des classes populaires. En dépit de positions affichées à gauche, cette caste, qui pense « faire la ville », et convaincue que sans elle rien d’intéressant n’aurait lieu, détruit tout ce qui précisément fait une ville, à savoir sa diversité.

Elle est la première à déplorer la mort des centres-ville et de l’esprit de fête, alors que c’est elle qui y impose son ennui. Car on ne s’amuse pas dans les lieux que les hipsters fréquentent, on s’y montre ; on n’y danse pas, ou pas vraiment, le dance-floor étant uniquement un podium d’évaluation.

 

Quand le punk, le disco et le hip-hop proposaient tous des danses immersives, intimes et énergisantes qui libéraient le danseur de ses pensées, les hipsters s’illustrent par leur incapacité à s’exprimer, emprisonnés dans le carcan de l’hyperconscience de soi.

Fût-il moins méprisant, le hipster pourrait susciter quelque pitié. Mais comment éprouver de la compassion pour celui qui se présente comme un aristocrate du bon goût et de l’intelligence ? Sûr de sa valeur, qu’elle soit ou non reconnue, le hipster « sait », « voit », « sent », « entend » mieux que les autres.

Il vit ainsi dans un monde hyper-sélectif fait de blanc et de noir, de vulgaire et de hype, qu’il partage sur Facebook ou dans des conversations entre initiés sous forme de « name dropping ». Il crée la tendance, reconnaissons-le, puisqu’il fait simplement partie d’un groupe d’« early adopters » (qui achète les nouveaux produits) bien connu des marketeurs qui leur vendent ce qu’ils pensent inventer. Sa capacité à se détourner rapidement de tout ce qui gagne en exposition, gage de leur pertinence, en fait une cible idéale, et un moteur du marketing culturel. La culture du jetable gagne ainsi un des derniers bastions du temps : la création.

Croyant construire une contre-culture, le hipster est son fossoyeur. C’est un subversif de pacotille aveuglé par son ego qui participe à l’endormissement généralisé. C’est ce qui le fait considérer par le Time out NY comme un « zombie sans danger » pour le système. Bien qu’il aime à arborer des symboles révolutionnaires telles que le chechia, et signe en ligne des pétitions pour construire son e-réputation, il n’est qu’une forme avancée du capitalisme déliquescent.

Il n’est pas une relève mais une voie sans issue. Elitiste et cynique, incapable de concevoir le bien commun, il n’a malheureusement pas compris que la force des Rimbaud, Kerouac, Burroughs, auteurs qu’il adule, résidait dans leur capacité de compassion avec les exclus et autres paumés. En élisant cette semaine le protestataire personnalité de l’année, le Time, fait apparaître combien le hipster est has been. Soyons donc optimistes. Cette « génération qui s’accroche désespérément à tout ce qui semble réel, mais effrayée à l’idée de devenir elle-même », comme la définit Adbusters, a vécu.

Ailleurs, une génération s’éveille, composée de jeunes ayant compris que leur avenir passera par la création de modèles sociétaux alternatifs, respectueux de chacun et solidaires, et par le combat politique pour les imposer.”

 

Par Stephane Delaunay

Further Readings on the subject: 

– What Was the Hipster?, New York Magazine: ici

– The Portlandification of the increasingly bourgeois borough, New York Oberver: ici

– Hipster: The Dead End of Wester Civilization, Adbusters: ici

 

The Paradox of our Age

In Uncategorized on December 20, 2011 at 10:22 pm

We have bigger houses, but smaller families;

More conveniences, but less time;

We have more degrees, but less sense;

More knowledge, but less judgment;

More experts, but more problems;

More medicines,but less healthiness;

We have been all the way to the moon and back

But have trouble crossing the street to meet the new neighbour.

We build more computers to hold more information to produce more copies than ever

But have less communication.

We have become long on quantity, but short on quality.

These are times of fast foods but slow digestion;

Tall men but short character; Steep profits but shallow relationships.

It’s a time when there is much in the window, but nothing in the room.

 Daila Lama

2011 was crazy.

In Uncategorized on December 18, 2011 at 4:21 pm
  • In Tunisia, the government falls after a month of increasingly violent protests; President Zine El Abidine Ben Ali flees to Saudi Arabia after 23 years in power.
  • Following the revolution in Tunisia, protesters soon rose in Cairo and camped in Tahrir Square, calling for the departure of Egyptian President Hosni Mubarak. He resigns after three decades in power , leaving control of Egypt in the hands of the military until a general election can be held. He currently faces a trial for the deaths that occurred during the demonstrations.
  • Estonia officially adopted the Euro currency and becomes the seventeenth Eurozonecountry.
  • A 9.1-magnitude earthquake and subsequent tsunami hit the east of Japan, killing at least 19.000 people and leaving another 4.000 missing. The disaster was compounded by the meltdown of three reactors at the tsunami-damaged Fukushima nuclear power plant. Tsunami warnings are issued in 50 countries and Emergency is declared.
  • Hamad bin Isa Al Khalifa, King of Bahrain declares a three-month state of emergency as troops from the Gulf Co-operation Council are sent to quell the civil unrest
  • In light of continuing attacks on Libyan rebels by forces in support of leader Muammar Qaddafi, a military intervention  by the NATO is authorized under UNSCR 1973 begins as French fighter jets make reconnaissance flights over Libya.  After a summer of conflict, Qaddafi is captured end of October by rebels in his home town of Sirte and swiftly killed. He had ruled Lybia since 1969.
  • Southern Sudan holds a referendum on independence. The Sudanese electorate votes in favour of independence. South Sudan was welcomed by the United Nations as its 193rd member state
  • The IMF warned that the world economy “ is in a dangerous new phase” and lowered its overall growth forecast to 4% for 2012, and to 2% for advanced economies.
  • The United States formally declares an end to the Iraq War, as its last troops are pulled out.
  • NASA announces that its Mars Reconnaissance Orbiter captured photographic evidence of possible liquid water on Mars during warm seasons.
  • In China, calls on the internet for a “jasmine revolution” were met with new curbs on the media and social networks and by armed police descending on public places to stop people from “ strolling”.
  • In the US, after months of talks, Congress increased the limit on the federal debt ceiling to avoid a default just ahead of a Treasury deadline. S&P still downgraded America’s AAA rating for the first time. America total outstanding public debt rose about $15 trillion.
  • Former Ivorian President Laurent Gbagbo is arrested in his home in Abidjan by supporters of elected President Alassane Ouattara with support from French forces thereby ending the 2010–2011 Ivorian crisis and civil war.
  • Portugal was given a 78euro billion bail-out
  • Ireland obtained a second rescue package of 24euro billion.
  • President Barack Obama announces that Osama bin Laden, the founder and leader of the militant group Al-Qaeda, has been killed during an American military operation in Pakistan.
  •  Israel, 450.000 people marched on one day to air a range of grievances about declining living standards.
  • Dilma Roussef’s first year in office as Brazil’s president was marred by corruption scandals that caused several government ministers to resign, including the sports minister in charge of the 2014 World Cup and 2016 Olympics.
  • Dominique Strauss-Kahn, the head of the IMF and the likely presidential candidate for the Socialist Party in France, is arrested in New York on charges of sexually assaulting a hotel maid. Christine Lagarde, former minister of finance replaces DSK as the boss of the Monetary Fund.
  • In Russia, Vladimir Putin plans to run for president again in 2012. However,  50.000 people have attended the biggest anti-government rally in the Russian capital Moscow since the fall of the Soviet Union to condemn alleged ballot-rigging in parliamentary elections and demand a re-run.
  • Steve Jobs, the visionary leader of Apple dies at the age of 56 after a long battle with pancreatic cancer.
  • Basque separatist militant organization ETA declared an end to its 43-year campaign of political violence, which has killed over 800 people since 1968.
  • The 31th of October, the UN declared that the global population has reached 7 billion.
  • The Palestinians began their more tricky bid for full statehood at the UN. UNESCO admitted Palestine as a member, following a vote in which 107 member states supported and 14 opposed.  US directly cut its contribution.
  • The United Nations declares a famine in southern Somalia, the first in over thirty years when drought affected 10 million people in the Horn of Africa.
  • Italians had to endure more lurid allegations about Silvio Berlusconi’s sex life. He eventually resigned as prime minister and was replaced by Mario Monti, who appointed a cabinet of technocrats.
  • The junta in Myanmar began loosening its repression. Some political prisoners were freed and the Nobel Price  winner and leader of the democracy movement, Aung San Suu Kyi, was given greater freedom.
  • Yemeni PresidentAli Abdullah Saleh travels to Saudi Arabia for treatment of an injury sustained during an attack on the presidential palace and eventually signed a transition deal to end his 33-year reign. Protesters celebrate his transfer of power to his Vice-PresidentAbd al-Rab Mansur al-Hadi.
  • A phone hacking-scandal forces Rubert Murdoch, legendary business acumen, to step down and led to the permanent closure of the sensation-seeking tabloid  News of the World.
  • Protesters in Syria are violently put down by Bashar Assad’s regime despite negotiations with the Arab League, resulting in 5.000 deaths so far. Thousands of Syrians flee to Turkey as Syrian troops lay siege toJisr ash-Shugur.
  • Former BosnianSerb Army commander Ratko Mladić, wanted for genocide, war crimes and crimes against humanity, was arrested in Serbia
  • A right-wing extremist, Anders Breivik, in Norway killed 76 people in twin terrorist attacks: after a bombing in the government center in Oslo, he went political youth camp in the island of Utøya shooting 69 teenage participants.
  • Israel and the Palestinian militant organization Hamas begin a major prisoner swap, in which the captured Israeli Army soldier Gilad Shalit is released by Hamas in exchange for 1,027 Palestinian and Israeli-Arab prisoners held in Israel, including 280 prisoners serving life sentences for planning and perpetrating terror attacks.
  • Crisis in the Euro zone: Markets responded to every twist in the tortuous negotiations to provide Greece with a second rescue package and restructure its debts; creditors were asked to wipe off 50% of the value of Greek bond.

Dear 2012,

Please, Give us a break!

Sincerely,

People of the World.

Extrait: Un Roman Français

In Uncategorized on December 18, 2011 at 3:28 pm

Il actionnait la pompe à morphine, et planait vraiment: c’est drôle de se dire que notre système de santé drogue les cancéreux en toute légalité, tandis que ceux qui se défoncent dans la rue finissent la nuit en taule (sont-ils vraiment moins malade ?) […] Sachez que, quelque part dans les archives de la police nationale, existe une déposition où un dénommé Frédéric Beigbeder a déclaré que l’usage de stupéfiants était une «quête de plaisir fugace». Vos impôts servent à quelque chose. Quand Jean-Claude Lamy lui posa la même question quelques années plus tôt, Françoise Sagan répondit :

« On se drogue parce que la vie est assommante, que les gens sont fatigants, qu’il n’y a plus tellement d’idées majeures à défendre, qu’on manque d’entrain. »

Ce que vous refusez de voir, c’est que ce produit n’est qu’un prétexte pour se rapprocher des autres, un truchement entre inconnus, un biais pour tromper sa solitude, un lien idiot mais réel entre égarés … Si vous connaissez un truc qui permette autant de fraterniser avec d’autres paumés, dites-le-moi.[…] La cocaïne est dans mes livres non pas pour faire branché ou trash ( en ce cas il faudrait choisir un produit moins ringard : kétamine, MDMA, GHB, 2CB, DMT, PCP, BZP …) mais parce qu’elle condense notre époque : elle est la métaphore d’un présent perpétuel sans passé ni futur.

Naitre à Neuilly-sur-Seine ne constitue certes pas un handicap dans la vie mais cette localité ne vous inocule pas le sens du combat. […] Neuilly était une sorte de Genève, un village trop propre, où l’air était trop pur, avec l‘ennui comme règle acceptée pour se sentir protégé. Neuilly est une ville où le temps ne fait que passer. Je suis né dans un univers clos, un ghetto de confort. […] Comment fait-on pour se débarrasser d’une éducation policée, de ses ridicules, ses préjugés, ses complexes, sa culpabilité, sa gaucherie, sa raie sur le coté, ses pulls à col roulé qui grattent le cou, ses blazers aux boutons dorés, ses pantalons de flanelle grise qui piquent les jambes avec le pli au milieu, sa suffisance, son élocution snobinarde et ses mensonges? On perd la mémoire.

L’Etat français prétend faire son possible pour que les citoyens puissent s’élever socialement, mais rien n’est prévu pour les aider à dégringoler. L’amnésie est la seule évasion  dans nantis face à la ruine.

“Il est difficile de se remettre d’une enfance malheureuse , mais il peut être impossible de se remettre d’une enfance protégée. “

Prospect of Future

In Uncategorized on December 14, 2011 at 10:45 am

It is application time for most of us. The stress, the interviews, the late hours at the library, the competition, the rejection, the job market is at its worse and we are supposed to take the most important decisions of our lives in those circumstances.

      Just Stop. Breathe. Think and Ask yourself:

What do I want from life ? What do I think of as a good life ? What kind of life do I truly admire ? What kind of life do I hope to be able to look back on, when I am older and reflect on how  lived ? What place does ethics have in my daily life ? Will it be enough to say: “it was fun” ? Will I even be able to say truthfully that it was fun? What in the hell are we doing this for ? Why ? How much is enough ?

Steve Jobs’ Stanford Commencement Address in 2005: “Your time is limited, so don’t waste it living someone else’s life. Don’t be trapped by dogma – which is living with the results of other people’s thinking. Don’t let the noise of other’s opinions drown out your own inner voice. And most important, have the courage to follow your heart and intuition. They somehow already know what you truly want to become. Everything else is secondary.”  And as he brilliantly puts it: don’t forget that

” Everything around you that you call life, was made up by people who were no smarter than you.”

     Let's go. Let's do this. Let's change the world!

The Rach3

In Uncategorized on December 14, 2011 at 9:38 am

Il était grand temps que je m’y mette. Que j’écrive à son propos. Ce sera en français, à défaut d’atteindre une plus petite audience, car j’aurai cette fois-ci besoin de ma plus large et diverse palette de nuance pour parler de celui qui m’a accompagné depuis tant d’années pour le pire, comme pour le meilleur. Nous ne parlons donc bien évidemment pas d’un être humain mais d’un de mes concerto favoris. Le Concerto pour piano en ré mineur de Rachmaninov ou le “Rach’3” pour les intimes.

Il me semble néanmoins judicieux de débuter cet article en replaçant le concerto dans son contexte socio-historique. Serguei Rachmaninov est né en 1873 en Russie, il étudie au conservatoire de Saint Petersburg sous l’aile de Nikolaï Zverev, ami de Anton Rubinstein et de Tchaïkovski que Rachmaninov rencontrera plus tard; il lui dédie notamment son Trio élégiaque n° 2 en 1893. Il commence à écrire très jeune et à 20 ans entame une brillante carrière de virtuose, pianiste et compositeur. Après l’échec de sa première symphonie en 1897, Sergei tombe dans une grave et sombre dépression dont il ne sortira que quatre ans plus tard grâce à l’énorme succès du concerto pour piano numéro 2. Comme beaucoup de virtuoses et de génies, Rachmaninov avait une personnalité naturellement angoissée: il est non seulement constamment dans le doute de son inspiration mais est surtout très rarement satisfait de son travail: son premier concerto pour piano de 1891 sera remanié vingt-six ans plus tard, en 1917 au point de pouvoir considérer ces deux versions comme deux œuvres distinctes.

Les quinze premières années du xxe siècle seront pour lui quinze belles années pendant lesquelles il vivra une vie heureuse et aisée; il deviendra aux cours des années  1904 à 1906 directeur des représentations lyriques du théâtre Bolchoï. C’est durant ces années de gloire et de création que Rachmaninov écrit le troisième concerto pour piano. C’est ainsi qu’il part en 1909, à 36 ans pour sa première tournée aux Etats-Unis. C’est alors que la révolution bolchévique de 1917 le pousse à quitter sa chère Russie natale.  La deuxième partie de sa vie est, à mes yeux, un peu moins intéressante puisqu’ il avait composé toutes ses œuvres publiées, avant 1917 à l’exception de six d’entre elles. Il ne composera à nouveau qu’en 1926.  De plus, en 1931, sa musique est bannie en Russie, comme représentant «l’attitude décadente des classes moyennes», et comme « spécialement dangereuse sur le front musical dans la présente guerre des classes ». Elle est, cependant réhabilitée dès 1933. L’éclatement de la Seconde Guerre mondiale l’empêche de rentrer en Europe. Il meurt en 1943, à l’âge de 69 ans, à la suite d’un cancer du poumon, dans sa grande maison sur les hauteurs de Beverly Hills. Rachmaninov est un compositeur intemporel, c’est une certitude, mais il était  aussi connu pour avoir une virtuosité technique incomparable comme pianiste avec une clarté des notes, un taux d’erreurs exceptionnellement bas et une précision du geste et du rythme rarissime. Il fut d’ailleurs un incroyable interprète de Chopin. On raconte qu’il était capable de retrouver d’oreille une œuvre entendue seulement une fois, et rejouer, même des années plus tard, un morceau qu’il avait déjà interprété grâce à une mémoire hors du commun.

Le Concerto 3 a été composé l’été 1909 avant le voyage aux Etats-Unis, dans le cadre paisible de la propriété de campagne de sa famille, Ivanovka. Le concerto est joué pour la première fois le 28 novembre 1909 par la Société symphonique de New York avec Walter Damrosch. L’œuvre est redonnée quelques semaines plus tard sous la baguette de Gustav Mahler. Bien qu’on pourrait penser le contraire, c’est une œuvre de commande, faite à l’intention du public américain, et non pas une œuvre personnelle, bien qu’elle porte indéniablement la marque de son auteur. Le concerto a été écrit en seulement 4 mois, la composition fut assez pénible car Rachmaninov était contraint par la pression du délai. L’histoire raconte qu’il n’aurait même pas eu le temps de travailler la pièce en Russie et dès lors emmèna un piano silencieux sur le bateau pour les Etats Unis sur lequel il s’entraine inlassablement nuits et jours.

On comprend rapidement que le morceau est au carrefour des deux superpuissances: tantôt calme et mélodieux, baigné de nature, on s’imaginerait presque dans sa campagne Russe; tantôt superbe, puissant et conquérant comme l’Amérique du début du 20ième en pleine explosion économique.  On retrouve des figures de style qui se confrontent et s’entrelacent, on ressent une saveur poétique harmonieuse, bientôt renchérie par d’incroyables ornements et d’intenses dialogues entre le piano et l’orchestre.

Ce n’est pas par hasard que le Rach3 est autant adoré et admiré. C’est l’un des plus longs du répertoire classique – près de 45minutes, comparé à un petit 30min pour le Concerto2 de Chopin – et sans aucun doute le plus difficile et le plus technique de tous les concertos. La partie pianistique est la plus redoutable, comme illustré par ces quelques amusantes anecdotes. Le New York Herald rapporta le lendemain de la première: «Monsieur Rachmaninov fut rappelé plusieurs fois par le public qui insista pour qu’il rejoue, mais il leva ses mains par un geste signifiant qu’il était d’accord pour rejouer mais que c’étaient ses doigts qui ne l’étaient pas. Ceci fit beaucoup rire le public qui, à ce moment-là seulement, le laissa partir !» Le concerto avait été écrit à la base pour Josef Hofman, incroyable pianiste, qui le refusa expliquant que «ce n’était pas pour lui » et évoquant la grande difficulté de la pièce. Arthur Rubinstein l’appelait  aussi «Le Concerto éléphant». Enfin, le pianiste Gary Graffman, professeur de nombreux virtuoses, tels Lang Lang ou Yuja Wang, déclara, lui, qu’il regrettait de n’avoir pas joué ce morceau plus jeune, lorsqu’il ne connaissait pas encore la peur, se sentant désormais incapable de le jouer correctement.

Le concerto suit la structure classique en trois mouvements :

Premier mouvement : Allegro non tanto

« Le premier thème de mon Troisième Concerto n’est emprunté ni au chant populaire, ni à la musique d’église. Il s’est tout simplement composé lui-même  (…) je ne pensais qu’à la sonorité. Je voulais chanter la mélodie au piano… et lui trouver un accompagnement adéquat… Rien de plus ! »

C’est en ces termes que Rachmaninov décrit le commencement de son concerto. Un début assez ample et simple, 8 notes au piano, soutenues par les cordes et les vents. 8 notes qui résonnent dans nos têtes aussi naturellement que le pampampampam de la symphonie5 de Beethoven. Le Concerto débute dans une calme et sereine promenade rurale ou maritime. Ce thème est reprit tout au long de l’œuvre en divers endroits de la composition.  Ce passage de virtuosité s’achève en silence, alternant de nombreuses modulations.

Second mouvement : Intermezzo

Le Second mouvement est à son habitude beaucoup plus lent. Certains éprouvent un certain scepticisme vis à vis des seconds mouvements car ils ont tendance à endormir leur auditeur. C’est ici que réside tout le génie de Rachmaninov: bien que son deuxième mouvement serve tout à fait sa fonction, à savoir d’intermède, il est d’une émotion  si considérable qu’il garde tout à fait l’attention du publique. Un long thème est énoncé par l’orchestre, dramatique et sombre. Le ton est presque funèbre mais rythmé de temps à autre par la reprise du thème original sous forme de variations. Tout au long de cet intermède, le temps s’étire, le soliste redouble de virtuosité puis le temps s’étire à nouveau.

Le passage au troisième mouvement est un moment particulièrement fantastique où l’on passe d’une mélodie lente et lyrique à la nervosité des premières notes du troisième mouvement.Comme si le deuxième mouvement, par son long et très beau  dynamisme ne servait en fait que d’intermède à l’extraordinaire frénésie rythmique et trépidante du dernier mouvement. Rachmaninov a choisi de ne pas faire de coupure entre les deux mouvements.

Troisième mouvement : Alla breve

Le troisième et dernier mouvement  s’ouvre donc par une chevauchée pianistique, on assiste à un terrible duel entre le soliste et l’orchestre. Ce mouvement est rythmique, doté d’un élan et d’un dynamisme hors du commun. Broderies virtuoses, phrases langoureuses, les changements sont soudains mais ce concerto époustouflant se clôt de la manière la plus brillante avec un orchestre jubilatoire et triomphant.  Rachmaninov nous offre un très puissant dernier mouvement grâce auquel il porte véritablement son concerto au sommet, aux cieux.

C’est une œuvre magistrale, d’une beauté saisissante, d’une grave profondeur; un mélange de poésie et de spectaculaire. C’est une réussite orchestrale complète, entière et absolue. C’est pourquoi tous les talentueux musiciens tentèrent leur chance. Le morceau a été d’ailleurs redécouvert par un grand nombre de pianistes notamment Evgeny Kissin, Boris Berezovsky, Vladimir Ashkenazy ou encore la jeune passionnée  Buniatishvili. Néanmoins, seul un seul homme se l’appropria complètement.

A mes yeux, Vladimir Horowitz n’a pas encore été égalé dans le monde de la musique classique, en tous cas pas dans l’interprétation de Rachmaninov. Son interprétation du Concerto 3  au Avery Fisher Hall à  New York en 1978 est sans doute la plus convaincante de toutes. Rachmaninov-meme considérait Horowitz comme le pianiste qui avait le mieux saisi ses œuvres. Il est dirigé par  Zubin Mehta, le plus important chef d’orchestre de sa génération. Horowitz a alors 75 ans et c’est son dernier enregistrement de Rachmaninov.

Horowitz est lié à ce concerto tout d’abord car il était intimement lié à Rachmaninov lui-même. En effet, ils se rencontrèrent en janvier 1928, par le représentant de Steinway, Alexander Greiner, dans la cave du Steinway Hall (57th Street), quatre jours avant un concert d’Horowitz. Rachmaninov aurait dit à Greiner : « Mr. Horowitz plays my Concerto very well. I would like to accompany him. »  Rachmaninov avait 55 ans et depuis quelques temps il avait beaucoup entendu parler d’un jeune, flamboyant pianiste qui avait crée une fureur à Leningrad avec ses 23 récitals en une saison. Horowitz, ne comprenait pas trop ce qui lui arrivait, celui qu’il décrivait comme le dieu musical de son enfance, son idole désirait l’accompagner dans son propre concerto. Ce fut une rencontre qui bouleversa autant Horowitz que Rachmaninov. Ce fut le début d’une grande amitié mais aussi d’un échange musical de génie. Les deux mélomanes se suivent, s’écoutent, se critiquent, s’admirent. Il jouent souvent l’un pour l’autre et les rares personnes qui ont eu droit au privilège de les voir ensemble en parlent comme de l’expérience la plus mémorable de leur vie musicale .

Rachmaninov, Walt Disney et Horowitz en 1942 à Hollywood.

Horowitz aurait d’ailleurs stipuler à son agent qu’il devait être autorisé à annuler ses représentations si Rachmaninov jouait à New-York. De la même manière, Rachmaninov était toujours présent aux concerts d’Horowitz et était le dernier à quitter la salle. Les deux hommes entretenaient une certaine complicité due aussi à leur origine et leur parcours. Ils ont tout deux quitté leur pays, l’un l’Ukraine et l’autre la Russie, pour les Etats-Unis. Donc malgré leur attachement aux Etats-Unis ils ressentent tout deux cet impression de déracinement. Alors que Rachmaninov ne peut pas rentrer voir sa fille qui habite en France à cause de la guerre, la fille de Horowitz se suicide. Je les vois comme deux hommes finalement assez austères et discrets malgré l’appel d’un public toujours plus large, très loin des pianistes de notre génération qui ne demandent qu’à être médiatisés. Horowitz, fort affecté par la mort de son père et de ses deux frères, était atteint par de graves traumatismes et interrompit volontairement sa carrière plusieurs fois pour cause de profondes dépressions.

Un tel talent est souvent difficile a contenir. Certaines oeuvres ont aussi  eu tendance a rendre les musiciens fous, obsédés par la perfection et l’harmonie de leur interprétation. C’est d’ailleurs le sujet du film Shine qui raconte la vie de David Helfgott, pianiste australien né à Melbourne, qui, dès son plus jeune âge, fit preuve de dons exceptionnels. Durant un examen-récital, a la fin de sa parfaite interprétation du concerto3, il s’effondre et tombe dans une longue dépression nerveuse qui durera plus de 10 ans. Malgré un retour incroyable et un succès fou, il est encore aujourd’hui gravement affecté par des troubles psychiques.

Voici, selon moi  enfin, les moments les plus forts de cette fameuse représentation au Avery Fisher Hall  

–          9’30’’ jusque 10’15’’, encore une fois on est en crescendo, la tension monte et ca va de plus en plus forte. Horowitz est tout à fait dedans et en parfaite coordination avec Mehta

–          28’13’’ : la fameuse transition du second mouvement qui dure tout juste 1min jusque 29’13’’

–          Et enfin, 41’03’’jusqu’à 41’45 et Horowitz qui lâche tout à fait prise pour lever ses mains afin d’exprimer la force de ce moment. Durant cet intervalle, ses mains vont tellement vite qu’on a du mal a le suivre, il fait d’ailleurs à ce moment là quelques fausses notes mais ca n’a absolument aucune importance, elles sont maintenant presque intégrées dans le concerto. C’est un moment d’une grande intensité.

–          La toute fin 43’05’’ est toujours agréable à regarder pour voir un peu l’atmosphère qui régnait dans la salle et le regard que se jettent Mehta et Horowitz avant de se remercier est emblématique de l’importance qu’a eu Horowitz dans l’interprétation de cet oeuvre. Mehta est encore jeune, Horowitz le joue pour la dernière fois. Je pense qu’ils savent tous les deux qu’ils viennent de faire l’Histoire.  C’est selon moi, un des plus incroyables duos de la musique classique et c’est un échange formidable.

C’est ici que je clos cet article. Je l’ai écrit d’une traite, je me suis lancée … Qui sait ? Peut être que dans 4 mois je sortirai un bouquin. Merci a celle ( je n’ose pas dire ceux) qui a terminé cet article. J’espère que ça vous a juste encouragé à découvrir Rachmaninov un peu plus et les merveilles du Romantisme Russe. Je ne pourrais pas vivre sans. Chaque écoute est une nouvelle expérience et je souhaite cette sensation à tout le monde.

Oh Woody

In Uncategorized on December 12, 2011 at 9:48 am

Can someone explain me why Woody Allen always has this face expression of a little polish Jew who comes out of the camp? He talks as he was bearing the whole misery of the world on his shoulder.

“Outside of the shower, I start to have some problems with reality

“I’m very structured, normal …” He clearly tries to convince the interviewer that he’s not neurotic.

“I’m very middle class/ beer drinking/ television/ tee-shirt/ jerk at home … But my image is quite different. ” Surprise!

“Oh I have stolen from the best. I have stolen from Bergman, I have stolen from Groucho, I have stolen from Chaplin, Keaton, Fellini … I’m a shameless thief.”

Such a Mensch.

Rock n’ Rolla

In Uncategorized on December 11, 2011 at 12:36 am

People ask the question…  What’s a Rock n’Rolla ?

And I tell ’em – it’s not about drums, drugs, and hospital drips, oh no. There’s more there than that, my friend. We all like a bit of the good life – some the money, some the drugs, others the sex game, the glamour, or the fame. But a RocknRolla, oh, he’s different. Why? Because a real RocknRolla wants the fucking lot.